Il est fréquent de constater que le volet technique peut-être dans certains cas un frein considérable pour le développement d’une entreprise.

Afin d’éviter ces situations difficiles qui sont tout autant fréquentes, le dirigeant doit conserver quelques points de vigilance. Afin de garder un réel contrôle sur les développements techniques, l’objectif est de ne pas être dépendant de quelconques ressources, qu’elles soient internes ou externes.

 

La Propriété intellectuelle

Ce premier point peut sembler évident. Mais en fonction du pays où est située votre entreprise, les réalisations de vos employés ou stagiaires pourraient leur appartenir même s’ils sont payés pour ce travail. En France, c’est un point auquel il faut faire attention et il est important de le préciser dans les contrats de travail.

 

Quels sont les dangers dans le cas où ça n’est pas correctement anticipé ?

Si un développeur veut quitter un projet, ce qui arrive souvent, l’entreprise serait tenue de payer des droits d’auteur ou d’exploitation au travail effectué par le développeur pour continuer à développer le projet initial. Cela est heureusement peu fréquent, mais possible…

 

Le cas le plus fréquent arrive lorsqu’une entreprise internalise un développement jusqu’ici sous-traité. Le problème le plus fréquent lorsqu’une startup grandit très vite est que les sous-traitants ne sont alors plus nécessairement dimensionnés pour suivre l’accélération. Dans certains cas un peu extrêmes mais non rares, si une entente n’est pas trouvée, il devient nécessaire de redévelopper l’ensemble du projet précédemment réalisé… Quel gaspillage de temps et d’argent pour un problème qui aurait pû probablement être évité !

 

 

Dépendance du personnel

Fréquemment, lorsqu’une startup démarre, la partie technique est prise en charge par une seule et même personne. Il n’y a rien de mal à cela, bien au contraire. Le seul point auquel il faut être vigilant est de ne pas être à tout prix dépendant de cette personne.

 

Sans vouloir faire peur ou porter malchance à quiconque, un dirigeant devrait être capable de se demander : Que se passerait il si cette personne disparaissait dans un accident de la route ?

Heureusement, il s’agit d’une situation extrêmement rare, mais qui permet de prévenir le cas le plus fréquent qui est : « le conflit personnel ».

 

Pour près d’un client sur deux, j’accompagne les dirigeants afin d’analyser les réalisations techniques effectuées et la manière dont le développement a été fait.

Cela permet aussi de qualifier l’équipe, au travers du travail réalisé et d’estimer quelle est la meilleure manière pour faire évoluer très rapidement le produit existant … que ce soit avec l’équipe existante ou une éventuelle nouvelle.

Ce type d’intervention permet surtout de fournir au dirigeant une documentation détaillée du fonctionnement technique du produit ou service. Le seul objectif étant de rendre au dirigeant sa complète liberté technique.

 

Je pars du principe que n’importe quel projet devrait pouvoir être repris par n’importe quel développeur qualifié. Si ce n’est pas le cas, c’est le signe que l’équipe ou le développeur existant ne fournit pas la documentation requise voire même exerce un peu de rétention d’informations.

 

Dépendance technique

Par dépendance technique, je veux parler de l’utilisation de technologies parfois exotiques qui peuvent potentiellement disparaître ou ne plus être maintenues du jour au lendemain.

Les innovations technologiques en matière de langage sont souvent l’initiative d’une personne ou d’une équipe. Ces derniers pensent optimisation technologique, ils inventent de nouveaux langages, mécanismes toujours plus performants qui permettent d’être plus puissants et efficaces.

Le fait est que sur 100 inventions, trop peu seront réellement utilisées à grande échelle. Et comme d’habitude, l’important concernant l’aspect humain est de gérer et faire évoluer ces technologies sur du long terme.

 

Un développeur ou directeur technique prévoit toujours avec une très grande évolutivité car il a souvent appris, dans de grandes entreprises, à faire les choses de la manière la plus parfaite possible.

C’est pour cela que dès qu’un technicien aura un projet dans les mains, son premier défi va être de trouver la technologie la plus performante pour le réaliser, peu importe si ça doit être plus long ou plus compliqué à mettre en œuvre.

Avoir cet esprit perfectionniste, c’est exactement ce qu’une startup ne peut pas se permettre !

 

Mon avis est celui que devrait avoir un dirigeant : c’est mettre la priorité sur seulement deux points :

  • Délais de commercialisation (time to market)
  • Que le développement du produit ne dépende de personne d’autre que du dirigeant.

 

Donc si votre entreprise a besoin de faire un choix technologique, réfléchissez à la difficulté de constituer ou former une nouvelle équipe dans cette technologie. Demandez à votre développeur/directeur technique dans quel langage très connu il est le plus rapide pour créer le produit .

Et avant de prendre votre décision, vérifiez de votre coté que cette technologie est bien utilisée par de grandes entreprises.

 

 

Difficultés ? Expériences ? Partagez les vôtres…

Il y a autant de situations qu’il y a d’entreprises ; mais parfois de mauvais choix peuvent coûter des centaines de milliers d’euros aux entreprises.

Avoir l’avis d’un expert technique orienté business permet de démarrer ou récupérer une situation pour faire les choses de manière plus organisée et efficace.

 

Avez-vous des situations similaires à partager ? Des problématiques avec des développeurs en interne ou en externe ?

N’hésitez pas à partager votre expérience et poser vos questions si vous faites face à une situation difficile. Je répondrai sans faute.